les critiques

Une des principales motivations qui pousse l’artiste comique à monter sur scène est le besoin de reconnaissance. Pour avoir un impact de comique, tu dois jouer avec ce que tu es, ce que tu aimes et ce que tu sens, bref tu joues avec ton humanité.

Dès lors, la moindre critique est très souvent prise comme personnelle et peut facilement faire mal. Si tu lui donnes du pouvoir, la critique peut même t´empêcher de remonter sur scène. En gros, si tu continues à monter sur scène, soit tu es masochiste, soit tu as décidé de travailler sur toi-même.

Avec ta permission, je considère que tu es dans le second cas.

Plusieurs techniques mentales  peuvent t’aider à surmonter ces moments qui te bloquent avant et t’empêchent de dormir après.

Trouve, combine et invente une ou plusieurs qui te conviennent :

  • PERSONNE NE PEUT TE FAIRE DU MAL SANS TON ACCORD

J’avoue cela est assez osé comme affirmation pourtant personne ne peut sentir à ta place. Le même processus s’applique aux autres. Tu ne peux pas sentir à la place des autres, et les autres ne peuvent pas sentir ni vivre pour toi.

Ré-approprie-toi ton pouvoir, ne le laisse pas aux autres.

Note: Nous parlons ici de “critiques négatives”, et non de “faire du mal” avec intention, voire physiquement. D’autre part, nous sommes d’accord que cela est plus facile à écrire qu’à appliquer. Cela n’empêche que ce chemin est juste.

  • LE CRITIQUEUR EST MOINS IMPORTANT QU’IL NE PARAÎT

Il ne s’agit nullement de diminuer le « critique » en tant que personne, ni d’être agressif à son encontre.

Tel un château de cartes, construire un bon spectacle ou numéro requiert du travail et une forte implication. Rappelle-toi qu’aucune formation n’est requise pour être critique. N’importe qui peut en émettre une, d’autant plus à l’ère d’internet. C’est facile de détruire un château de carte, beaucoup plus difficile est d’en construire un. Paradoxalement, le baptême des critiques fait partie du chemin.

Aucune statue n’a jamais été élevée à un critique. »  Jean Sibelius

  • IL EST NORMAL QUE TON SPECTACLE NE PLAISE PAS À TOUT LE MONDE

Tu peux le constater par toi même: prends n’importe quelle célébrité ou personne que tu admires. Tu es fan de son travail et pourtant tu trouveras toujours quelqu’un pour ne pas aimer ce qu’elle fait.

Quand je travaillais en tant qu’animateur sur bateau de croisières, une de mes fonctions avec mes collègues était de divertir les passagers qui attendaient pour descendre à terre et partir en excursions. Selon, les ports et l’agitation de la mer, cela pouvaient prendre des heures.

Je me rappelle en particulier de la première fois où j’ai senti les vagues de rires des passagers me remplir de joie et me pousser à en faire mon métier. J’ai eu droit à des éloges et remerciements de la part du public. Quelques jours plus tard, en parlant avec un passager, celui-ci m’a raconté qu’il n’était pas satisfait de la croisière. Ajoutant dans ses commentaires qu’il avait trouvé stupide l’animateur qui était sur scène et qui faisait patienter les passagers en attente de débarquer. Mais que probablement, il ne devait pas être aussi stupide qu’il en avait l’air car il s’exprimait dans plusieurs langues.

Après quelques secondes de réflexions, j’ai réalisé qu’il parlait de moi. Je le lui ai fait savoir. Il ne m’avait simplement pas reconnu. Embarrassé il est simplement parti. Par contre moi je me suis retrouvé comme un idiot. J’avoue que je suis resté sous le choc. Je pensais que “ne pas plaire à tout le monde” n’était  valable QUE pour les autres et non pour moi. La baffe!

  • APPRENDS À NE PLUS CRITIQUER LES AUTRES AUSSI DUREMENT

En général, plus on a tendance à critiquer durement les autres, plus on craint nous même la critique. En tant que personne humaine tu es à la fois universel et différent. Nous avons tous les mêmes besoins, et les satisfaisons de manière différentes.

Comprends que chacun à sa propre sensibilité. Tel que tu voudrais que l’on respecte la tienne, travaille à respecter celle des autres. Tu verras: à travailler ton regard sur le monde de manière différente, cette “réalité” d’une possible critique négative ne fera plus partie, ou presque de TA reálité.

Rappelle-toi que tu n’es pas en concurrence avec les autres. Tu l’es avec toi-même.

  • LE MESSAGE CACHÉ DE LA CRITIQUE

Très souvent, moins la personne est compétente en la matière, plus la critique est virulente. Moins la personne a pu démontrer son potentiel sur scène, plus elle a une tendance à critiquer.

Critiques-tu un enfant de la même manière que tu critiques un adulte ? En général, lorsque tu es compétent dans une matière, tu montres beaucoup plus d’indulgence pour la personne qui tente de défendre son projet personnel: tu te rappelles que toi aussi tu es passé par cette étape et en comprends les enjeux.  Si tu as confiance en tes qualités, tu auras plus tendance à aider cette personne que de la rabaisser.

En général, la critique vient d’un manque d’empathie. Très souvent, elle correspond à une projection des propres frustrations ou désirs de la personne qui l’émet. Toi, n’étant pas cette personne, il est facile que tu ne répondes pas à ses attentes. Le « critique » aime bien montrer qu’il « sait » pour se valoriser au lieu de démontrer par son action en quoi « il » est meilleur. Ce qui démontre que sa critique n’a rien à voir avec toi. Cela a à voir avec la valorisation de son ego. On en a tous un. Toi et moi, également.

Soyons donc indulgents par rapport au critique. Ne tombe pas dans le même piège. Tu joues un autre jeu.

Bémol: pour être francophone résident à l’étranger et ayant un peu plus de recule, je me rends compte que la culture française, même si elle n’en pas l’exclusivité , excelle dans l’art de la critique “négative” et non-constructive. Je pense qu’il y a eu confusion sur l’application du “principe de la raison”.

  • COMMENT TE SENTIRAIS-TU SI TU N’AVAIS PAS CETTE PENSÉE ?

Pose-toi la question et rends-toi compte que ton problème vient d’une simple pensée et non de LA réalité. Il s’agit de TA réalité que tu as le pouvoir de transformer.

  • DISTINGUE LE CONTENU DE LA SUBJECTIVITÉ

Tout n’est pas à jeter dans une critique. Distingue la sensibilité et subjectivité, du contenu. Le « critique » a droit à sentir, tu ne dois pas le diminuer. L’exemple qui suit peut paraître une évidence théorique relativement absurde. Pourtant en pratique la réalité est souvent perçue et vécue de manière bien différente :

si tu aimes  les « pommes » et qu’un autre ne les aime pas, cela signifie seulement que tu apprécies les pommes, et l’autre pas. Cela ne fait pas de chacun une personne « plus » ou « moins » que l’autre, ni cela signifie que les « pommes » sont bonnes ou mauvaises. Les pommes restent les mêmes, c’est leur apréciation qui en est différente.

Je t’invite à lire ce post plus complet sur le traitement de la critique en elle-même: “comment gérer les critiques en 4 étapes” par Olivier Roland

 

Ces techniques fonctionnent pour moi quand j’en ai besoin. Heureusement avec l’expérience, je dois moins les utiliser qu’au début. Toutefois, je dois reconnaître que j’ai un auto-art à l’auto-critique.
Et toi, quelles sont tes “techniques”?
Ps: Cet article fait partie de mes premiers articles. Aussi n’hésite pas à me faire savoir s’il t’es utile et répond à tes attentes. Merci.